Nombreux sont les sites, encore en 2015 (et nous sommes bientôt en 2016, c’est vous dire !), qui persistent à cumuler tous les critères permettant d’être certains de flinguer définitivement leur positionnement sur Google. Un petit arrêt sur image s’impose…

Ratage 1 : Les « One page sites »

La mode est au site minimaliste : une seule page pour présenter toute l’activité de l’entreprise. Sexy du point de vue design, cette option est un véritable suicide du point de vue du référencement.

Une seule raison à cela : la 1ère règle du référencement, est qu’il faut créer une page pour chaque mot-clé que vous allez ensuite viser. Par exemple, si vous voulez vous positionner en tête à la fois sur « salle de conférence Lyon », « salle de mariage Lyon » et « salle de réunion Lyon », il faut créer une page spécifique pour chacun de ces termes (= 3 pages).

Un site constitué d’une seule page ne permet pas d’appliquer ce principe fondamental du référencement web.

Ratage 2 : Les sites design avec peu de contenu texte

Bon, un peu de provoc mais pas tant que ça… Le site design, créé par des agences de communication un peu « fo-folles », a souvent comme unique ambition de présenter qui l’on est. Or, le principe fondamental du référencement n’est pas de présenter qui on est mais de montrer qu’on dispose de l’information recherchée par un internaute.

Donc, les slogans et designs minimalistes que l’on trouve sur les sites constitués de belles images et de beaux graphismes, avec des slides les unes au-dessous des autres, vont très vite montrer leurs limites tant elles seront incompréhensibles par le robot Google.

Que dire par exemple de sites qui se contentent de slogans tels que «nous transformons votre entreprise en boite à idée vivante»… Comment Google, avec ce type d’informations, peut-il savoir que cette entreprise souhaiterait se positionner en 1ère page sur « consultants en management » ou « consulting conduite du changement » ? … Google a besoin qu’on lui dise de façon explicite de quoi parle une page… Il ne peut donc pas se contenter de slogans et de belles images !

Vous l’aurez compris : Google a besoin de contenu. On dit souvent que le moteur de recherche est un « obsédé textuel » (ok, blague de référenceur). Le référencement n’est donc pas compatible avec « l’épuré ». Or, c’est souvent la demande que les clients expriment à leur agence web : « j’aimerais un site épuré, comme Apple ».

Capture d’écran 2015-12-02 à 16.07.59

Ok, ok, ok… mais éclairez-moi juste sur un point : Apple-a-t-il besoin d’être bien référencé sur « téléphone de qualité » ?

Ratage 3 : Les URL générées dynamiquement 

Bon, là c’est un peu plus technique, mais on a encore des fois certains sites qui génèrent des pages dont Google ne peut pas avoir connaissances, parce qu’elles sont créées dynamiquement, c’est-à-dire à partir d’une demande spécifique d’un internaute.

L’exemple type est le système de filtre en Ajax, Javascript ou Angular qui va générer des URL « à la volée » en fonction de la recherche tapée par l’internaute. : l’utilisateur sélectionne 3 critères, on lui affiche les produits ou services qui répondent à ces 3 critères. L’URL est créée spécialement pour l’occasion, et ne contient donc qu’une liste des vignettes à cliquer mais aucun texte descriptif, aucun titre que Google pourrait lire et comprendre. Et surtout, dans la plupart des cas, Google n’a pas connaissance de l’existence de cette URL, puisqu’elle est spécifiquement générée suite à l’utilisation du système de filtre du site internet. Pour savoir si vous êtes confronté à ce problème, il vous suffit d’essayer un logiciel de référencement, tel que Optimiz.me : celui-ci vous indiquera les pages qui ne sont pas accessibles à Google.

Voici un exemple d’URL problématique à indexer pour Google : Domaine.fr/e-shop/casqfinder/#dj-studio/classique/all/all/0-3500/1/30/name

Ratage 4 : les sites sans CMS (codés « en dur »)

Le CMS désigne le logiciel qui permet de modifier le contenu de votre site internet. C’est lui qui permet à des équipes n’ayant pas de connaissances en développement web (HTML, CSS) d’ajouter du contenu, de créer des nouvelles pages, bref, de faire vivre le site.

En presque 2016 😉 créer un site web sans CMS est un crime contre le référencement. En effet, si l’on assume le fait que pour Google « Content is King », (le contenu est roi), la plupart des tâches pour améliorer le référencement d’un site consistent à avoir la main sur son contenu, et à pouvoir facilement en créer.

Sans CMS ? toute tâche consistant à créer de nouvelles pages ou modifier de l’existant relève soit de l’impossible, soit du « pénible ». Le CMS est donc un outil indispensable pour le référencement. De préférence, optez pour un CMS open source tel que Worpdress, Drupal, Typo 3, Prestashop ou Magento.

Si vous évitez ces différents écueils, votre référencement est en bonne voie. Découvrez Optimiz.me, le partenaire de Tilkee, première start’up à avoir trouvé la solution permettant de travailler son référencement soi-même, sans connaissances techniques.

 

N’oubliez pas de participer à notre concours sur Facebook et Twitter pour tenter de gagner 1 an d’abonnement Tilkee et 1 an d’abonnement Optimiz.me !

banniere