Entrepreneur dans l’âme, Sébastien Mantanus est l’un des fondateurs de CFI Conseil, dont le rôle est d’accompagner les start-ups dans leur recherche de financement. Il nous explique la façon dont il organise la prospection au sein de son entreprise.

– Sébastien Mantanus, vous avez fondé CFI Conseil en 2013. Pouvez-vous nous parler de votre parcours avant la création de votre cabinet de conseil ?

J’ai commencé ma vie professionnelle chez Priceminister, en 2000. À l’époque, comme le site de vente n’était encore qu’une toute jeune entreprise, tout le monde devait faire un peu de tout. Mais c’est cette expérience qui m’a donné la passion des start-ups. J’ai quitté Priceminister en 2005 pour monter avec un associé une agence de marketing mobile, nommée eClaps. Celle-ci a été revendue en 2012 à SQLI Group, un spécialiste de la transformation digitale des entreprises.

– C’est à ce moment que vient l’idée de CFI Conseil…

Presque. En discutant de jeunes entrepreneurs, je me suis rendu compte que la question du financement revenait souvent. Mais ils ne savaient pas vraiment ce qu’ils pouvaient demander, et à qui ils pouvaient s’adresser. J’ai alors décidé de créer, avec Alain Priso en associé, un cabinet de conseil pour accompagner les start-ups à la recherche de financement, public comme privé. Nous en suivons actuellement une centaine, de toutes les tailles.

– Comment organisez-vous votre prospection ?

Nous avons mis en place une véritable méthodologie de veille en interne, dont est chargée une personne de CFI Conseil. De cette veille nous sortons un scoring, qui nous permet de comprendre si l’entreprise étudiée correspond à notre champ d’intervention — ou pas. Si oui, alors nous appelons. À partir de ce contact, nous décidons de rencontrer ou non l’entreprise, et celle-ci prend également une décision. Il s’ensuit alors un entretien conseil, que je mène dans la plupart des cas, concrétisé par un go ou un no go de la part de notre prospect. C’est une véritable discipline militaire à laquelle nous nous plions.

– Avez-vous adopté des outils digitaux pour vous aider dans votre travail ?

Nous utilisons de nombreux outils en matière de prospection. Notamment :
Corporama pour la qualification des leads ;
Base pour le CRM ;
Evernote pour la gestion des compte-rendus d’entretiens ;
Tilkee pour l’optimisation des propositions commerciales ;
Slides.com pour le partage des présentations en clientèle…

– Vous avez évoqué « une discipline militaire » en parlant de votre méthodologie. C’est impératif en matière de prospection ?

C’est indispensable ! Après 15 ans de pratique du métier, je continue à me former tous les mois pour améliorer ma méthodologie. Dans la fonction commerciale, cela ne peut bien se passer qu’en faisant les choses dans le bon ordre. Si une étape dans la prospection est sautée ou négligée, alors il y aura un problème à un moment ou à un autre. Pour vendre, il faut de la rigueur et de la préparation.

Crédit photo : Sébastien Mantanus