Le bon commercial, c’est aussi celui qui réussit sa campagne d’e-mailing. Vous voulez être certain de ne pas commettre de web faux pas ? Voici la check-list made in Je Prospecte !

1/ J’ai choisi le bon format

Bon, on vous le dit tout de suite : ici, nous n’avons pas de conseil miracle. Deux formats principaux d’e-mails existent : texte et HTML. Chacun a ses avantages et ses inconvénients. Le HTML permet par exemple d’insérer facilement des images, des tableaux, des vidéos YouTube et des animations. Un bon point pour la créativité ! Seul problème : un mail en HTML peut très bien s’afficher sur un compte Gmail, et ressembler à un Skyblog de l’an 2000 dans une boîte Yahoo.
De l’autre côté, le format texte est plus léger et plus « universel ». Mais sa personnalisation limitée ne le rend pas franchement attrayant… Bref : choisi ton arme, camarade !

2/ J’ai pensé à ceux qui me liront sur leur smartphone

Nombreux sont vos prospects qui consulteront votre e-mail à partir d’un smartphone ou d’une tablette. Pensez à eux, notamment en ne surchargeant pas votre message de lourdes images à télécharger… d’autant que celles-ci ne s’affichent pas toujours, même lorsque le mail est ouvert sur un ordinateur !

3/ J’ai un bien bel objet

L’objet indiqué sur votre e-mail conditionnera grandement la réussite de votre campagne ! Attention, ne faites pas (beaucoup) plus de cinq mots, et placez le mot-clé en première ou seconde position. L’objet doit s’afficher en entier sur les homepages des boîtes de réception. Notre conseil ? Testez-en plusieurs avant l’envoi de masse !

4/ J’ai le bon expéditeur

L’identité de l’expéditeur conditionnera fortement le taux d’ouverture de votre campagne d’e-mailing. Ainsi, si vous vendez pour le compte d’une marque fortement reconnue, ne vous la jouez pas perso et oubliez le personal branding. En revanche, si vous avez déjà un fichier clients bien rempli, et disposez d’une belle notoriété, vous pouvez vous la jouer perso et envoyer les e-mails en votre nom propre !
La meilleure des solutions, c’est encore de mélanger votre nom et celui de votre marque. Par exemple : Pierre Poljack de Ventepublique.com !

5/ J’ai fait court et précis

Dans la vie, il y a des gens qui montent les marches de l’escalator quatre à quatre. Sur Internet, nous sommes tous et toutes ces personnes pressées. Dans le corps de votre message, vous devez donc vous concentrer sur l’essentiel, éviter les phrases à rallonge, et éviter le bla-bla inutile ! Entrez directement dans le vif du sujet, car bien souvent les internautes ne lisent que les premières lignes d’un e-mail. Le message clé doit donc s’y trouver !

6/ J’ai évité les termes qui fâchent

Faisons imagé. Si vous envoyez un mail contenant les mots « gratuits », « free », « maigrir », « viagra » ou « médicament », c’est comme si vous vous pointiez en boîte avec une paire d’Air Max : vous ne rentrez pas. Dans notre exemple, vous retournez dépité dans votre chambre d’étudiant qui sent la transpiration (la chambre, pas l’étudiant). Dans le cas d’une campagne d’e-mailing, c’est direct dans le dossier « SPAM ».

7/ Je n’ai pas mis de pièce jointe

C’est le genre de détail qui peut faire foirer votre campagne e-mailing dans les grandes largeurs. Les messages contenant des pièces jointes sont bien souvent bloqués par les filtres anti-spam et les pare-feu. Alors on évite la PJ, merci !

8/ Je n’ai pas abusé des liens cliquables (mais j’en ai mis quand même)

Concernant les liens hypertextes, c’est la règle du ni-ni qui s’applique : ni trop ni trop peu. Ils doivent être placés de manière stratégique : sur l’offre commerciale, dans le corps du texte vers le site Internet de la marque que vous représentez, et en bas du message. Ce dernier lien vous donnera par ailleurs une idée du nombre de prospects qui se sont donné la peine d’aller au bout de votre e-mail.

9/ J’ai donné mes coordonnées

Internet n’est pas cet espace sans vie et sans contact humain que critiquent les vieux les personnes mal dans leur époque. Au contraire. Vous vous apercevrez vite qu’un bon tiers de vos prospects préféreront vous téléphoner plutôt que de vous envoyer un e-mail. Comment le feront-ils si vous ne laissez pas ce qu’il faut pour pouvoir vous joindre ? En bas de votre message, indiquez donc vos coordonnées (fixe et portable) !

10/ J’ai les bons outils pour mesurer la réussite de ma campagne e-mailing

Aujourd’hui, des outils existent pour vérifier si votre campagne a été efficace. Vous pourrez ainsi mesurer et analyser les taux d’ouverture, les taux de clic ainsi que les taux de transformation. Autant d’informations qui s’avèrent capitales !

Crédit photo : Pixabay / StartupStockPhotos